sculptures-bois-louvre

Caresser le bois procure une volupté particulière

“Caresser le bois procure une volupté particulière, un sentiment d’immense plénitude : le bois est, avec la fourrure, la matière la plus proche du paradis des sens. Il est jubilation du coeur et des yeux et des mains. Il est la véritable essence de ce monde.”

Dominique Dalemont, in “50 sculpteurs choisissent le bois”, Somogy Editions d’Art.

Vous avez aimé cet article ? Faites connaître, partagez !

Une réflexion sur « Caresser le bois procure une volupté particulière »

Les commentaires sont fermés.