moucharabieh-musee-du-louvre

Moucharabiehs : quand le bois se fait écran de décor

Voir sans être vu… Une préoccupation à caractère universel

Qu’il procède du jeu ou de l’obligation, de l’espièglerie, de la discrétion, ou de la volonté de surveillance, ce jeu de cache cache a stimulé la créativité humaine…

Les moucharabiehs en sont un bel exemple. Ecrans de bois ajourés typiques de l’architecture islamique, ils permettaient au femmes de regarder au dehors sans être vues.

moucharabieh-fenetre-decor-bois-louvre
Moucharabieh – détail

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces sortes de balcons fermés procuraient également un rafraîchissement naturel, en alliant ventilation et humidification de l’air. Des récipients d’eau étaient placés derrière les moucharabiehs pour humidifier l’air entrant dans l’habitation.

Traditionnellement les moucharabiehs sont en bois, et déclinés en motifs géométriques souvent complexes… et superbes !

Une exception notable : les “jalis“.  Ces “résilles de pierre”  du nord de l’Inde, sont la transposition en pierre du moucharabieh.  Un élément emblématique du décor architectural moghol du 17è siècle.

jali-moghol-musée-louvre2
Jali moghol
jali-moghol-musée-louvre1
Jali Moghol en grès

Où  voir des moucharabiehs à Paris ?

Vous pourrez jouer à cache cache derrière les moucharabiehs et jalis de ces photos, au sein du superbe département “Arts de l’Islam” du Musée du Louvre.

Selon la date, vos enfants pourront également participer à un atelier du musée sur ce thème. Les miens ont bien accroché !

AE.M.

Vous avez aimé cet article ? Faites connaître, partagez !